Notre Dame de la Couture | Cathédrale du Mans

Merci pour tous vos retours

Quelques morceaux de flûte de la part de Martin Bouygues…

Adagio d’un concerto de Mozart KV 622

« L’artiste »de Scott Joplin

Adagio d’un quartète de Mozart

 

Les Rameaux, dessins des enfants…

 

Idée caté : Avec de la cire de babybel, Benoît a décoré une bougie pour en faire un petit cierge pascal maison, la photo…

Guillemette partage avec nous cette photo pour fêter les Rameaux

La nature fête les Rameaux…

Message de Paulette Bellanger

Photos partagée ! Merci à Anne-Lorraine et Guillaume, Guillemette et Henri, Isabelle et Jean-Marie, famille Giraud, les Chaillé, Violaine et Jérôme, Éliane et Pierre-André  ils partagent avec nous les photos de leurs maisons parées pour les Rameaux

Les photos partagées par nos amies

« La chanson du printemps de Mendelssohn » Contribution musicale de Martin Buygues

 

L’amour jamais ne passera, avec Jean-Marie

Photo de la réalisation d’Hermine, 12 ans, pour préparer les fenêtres et la maison en vue du dimanche des rameaux qui arrive à grand pas.

Lazare, viens dehors ! Dessin de Charles Elian…

Revivez la prière et la bénédiction historique du pape François…

Des enfants intègrent, à leur façon, l’attestation de déplacement…

 

Dessins et coloriages de Jacques, Joseph et Jean Desanges pour l’Annonciation.

Carême autrement, avec Jean-Marie…

Chers amis,

Voici un enregistrement « maison » d’un nouveau Je vous salue Marie chanté ce soir en famille.Nous portons dans notre prière les prêtres de la paroisse et tous nos frères paroissiens confinés. Nous nous sentons proches de tous malgré l’absence de célébrations. Nous prions pour les personnes seules et pour les malades ou les familles endeuillées de notre ensemble paroissial. À bientôt ! Bien fraternellement, la famille Thomas

Elisabeth partage avec nous, une photo de la lumière de l’Annonciation, avec une vue sur Notre-Dame…

Chantal partage avec nous, une photo de la lumière de l’Annonciation…

En ce jour de la Solennité de l’Annonciation du Seigneur, Chantons la Première en chemin avec Jean-Marie

Des nouvelles de la communauté des sœur de Meryem-ana, la vidéo…

Texte proposé à notre méditation par le Père Vincent.

Le frère Gerard, Maître de l’ordre des dominicains, écrit à tous ses frères et sœurs. Extraits. Distanciation ou solidarité ?

« Chers frères et sœurs,

Comme vous le savez, après la Chine, l’Italie souffre énormément du covid-19… Continuons  à prier pour tous les malades, ceux qui les soignent, ceux qui font tout leur possible pour trouver  les moyens de surmonter la pandémie  et ses effets néfastes… Je souhaite offrir des mots de solidarité comme geste de notre proximité  en ce moment où le bien commun exige  une « distanciation sociale ». Notre mission est  de construire la communion et pourtant,  en cette période de crise, nous semblons  nous soumettre à l’isolement.

Aussi paradoxal que cela puisse paraître, garder nos distances les uns par rapport aux autres signifie que nous nous soucions vraiment  les uns des autres, car nous voulons arrêter  la transmission du nouveau coronavirus  qui a déjà coûté la vie à de nombreuses personnes  et mis en danger la vie de beaucoup d’autres  de par le monde. Nous gardons nos distances  non pas parce que nous voyons notre frère ou notre sœur comme un porteur potentiel du virus, ou parce que nous avons peur de tomber malade, mais parce que nous voulons contribuer à briser  la chaîne de transmission du virus.

…Ici en Italie, comme dans d’autres pays,  il est douloureux pour nous de ne pas célébrer publiquement l’Eucharistie, le sacrement de communion, à un moment où les gens en ont  le plus besoin en raison de leur isolement.  Et pourtant, nous devons supporter cette souffrance dans un esprit de solidarité et de communion humaines, car « si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui »  (I Cor. 12 :26).

En ce temps de quarantaine en carême (quarantena en quaresima), nous sommes invités à nous arrêter et à réfléchir à la proximité de Dieu avec nous. Lorsque le culte public est suspendu pour le bien-être des fidèles, nous devenons très conscients de l’importance de la communion spirituelle. Là où cela se produit, c’est comme si les gens vivaient un « samedi saint » prolongé, quand l’Église « s’abstient de la célébration de l’Eucharistie » en méditant la passion du Seigneur et en attendant sa résurrection… En faisant cette expérience, nous nous souvenons de la soif d’Eucharistie de nos frères et sœurs vivant dans des régions reculées où ils ne peuvent participer  à la messe qu’une ou deux fois par an.

Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons trouver des moyens de briser l’isolement, de prêcher l’Évangile de l’amour et de la communion, même sur le « continent numérique ». Nous devons rappeler à notre peuple que Jésus reste près  de nous, même si nous avons faim du Pain de Vie.

Permettez-moi de rappeler ce que nous savons au plus profond de notre cœur. Si nous voulons répandre l’Évangile, nous devons être avec  les gens, être près d’eux ! Nous devons franchir les frontières linguistiques, culturelles et même idéologiques pour répandre la Parole de Dieu.  Inversement, si nous voulons arrêter la propagation de quelque chose de mauvais comme le virus corona, nous devons garder nos distances, nous devons nous abstenir de toute rencontre personnelle car toute rencontre proche  a le potentiel de propager la contagion.

La pandémie actuelle montre clairement  que pour qu’une chose circule, la proximité et la rencontre personnelle sont nécessaires. Lorsque cette crise sera terminée, n’oublions pas la leçon : si nous voulons que l’Évangile circule dans notre monde sécularisé, la même proximité et la même rencontre personnelles sont nécessaires… Nous continuons à prier pour les malades  et pour ceux qui s’occupent d’eux. Même dans notre solitude, Dieu est proche de nous, et nous ne sommes jamais seuls car nous appartenons tous au Corps du Christ.

Votre frère, Gerard Francisco P. Timoner III, O.P. Maître de l’Ordre »

Voici quelques traces de notre partage familial  autour de la Parole. Avec notre amitié et en union de prière à la veille en cette  2ème semaine de confinement…  Diane,  François et leurs enfants

La nature est belle, nous dit Chantal en image…

« Seigneur nous irons avec toi au désert…., ‘ »

Je vous dépose tous dans le cœur du Père. Confiante qu il parlera à chacun…

Fraternellement

Isabelle Poublanc

Avec Jean-Marie nous pouvons prier avec le cantique que vive mon âme, la vidéo…

 

Que le Seigneur envoie des personnes compétentes pour aider Arnaud à la pharmacie, avec le surcroît de travail dû au COVID 19…Nous Lui demandons avec confiance

 

Merci et soyez chers frères et soeurs de la paroisse assurés de notre prière famliale tous les soirs.

 

Nous nous retrouvons tous les 6.

Chacun des enfants est occupé à faire son travail.

Nous remarquons avec joie les efforts de chacun d’attention les uns pour les autres.

 

Odile a rejoint Arnaud pour aider à la pharmacie. Le travail est intense et fatiguant mais nous avons à coeur de rassurer les personnes et de les servir au mieux.

 

Prenez soin de vous chacun.

En grande union de prières

 

Les Sesboüé

A la veille du quatrième dimanche de Carême où comme chaque dimanche, venant de toutes les rues de notre quartier, nous convergeons vers notre paroisse pour célébrer ensemble l’Eucharistie, je pense à vous.

Je regarde par la fenêtre et mon imagination me conduit vers chaque maison amie où je vous imagine confinés, seuls ou en famille, autant de petites Eglises domestiques et si proches les uns des autres par la prière.

Quelle joie ce sera de nous retrouver!

Voici une prière qui me touche beaucoup.

« Il faut passer par le désert et y séjourner pour recevoir la grâce de Dieu »

bienheureux Charles de Foucault

Isabelle M

Prière d’un prêtre italien en quarantaine dont le frère prêtre est mort du COVID-19

Rappelant la prière du Padre Pio

« Reste avec moi, Seigneur. »

JE RESTE À LA MAISON, SEIGNEUR !

Je reste à la maison, Seigneur !

Et aujourd’hui, je m’en rends compte,

Tu m’as appris cela,

Demeurant obéissant au Père,

Pendant trente ans dans la maison de Nazareth,

En attente de la grande mission.

 

Je reste à la maison, Seigneur,

Et dans l’atelier de Joseph,

Ton gardien et le mien,

J’apprends à travailler, à obéir,

Pour arrondir les angles de ma vie

Et te préparer une œuvre d’art.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et je sais que je ne suis pas seul

Parce que Marie, comme toute mère,

Est dans la pièce à côté, en train de faire des corvées

Et de préparer le déjeuner

Pour nous tous, la famille de Dieu.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et je le fais de manière responsable pour mon propre bien,

Pour la santé de ma ville, de mes proches,

Et pour le bien de mon frère,

Que tu as mis à côté de moi,

Me demandant de m’en occuper

Dans le jardin de la vie.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et dans le silence de Nazareth,

Je m’engage à prier, à lire,

Étudier, méditer,

Être utile pour les petits travaux,

Afin de rendre notre maison plus belle et plus accueillante.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et le matin, je te remercie

Pour le nouveau jour que tu me donnes,

En essayant de ne pas la gâcher

Et l’accueillir avec émerveillement,

Comme un cadeau et une surprise de Pâques.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et à midi, je recevrai

La salutation de l’Ange,

Je me rendrai utile pour l’amour,

En communion avec toi

Qui t’es fait chair pour habiter parmi nous ;

Et, fatigué par le voyage,

Assoiffé, je te rencontrerai

Au puits de Jacob,

Et assoiffé d’amour sur la Croix.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et si le soir me prend la mélancolie,

Je t’invoquerai comme les disciples d’Emmaüs :

Reste avec nous, le soir est arrivé

Et le soleil se couche.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et dans la nuit,

En communion de prière avec les nombreux malades

Et les personnes seules,

J’attendrai l’aurore

Pour chanter à nouveau ta miséricorde

Et dire à tout le monde que,

Dans les tempêtes,

Tu as été mon refuge.

 

Je reste à la maison, Seigneur !

Et je ne me sens pas seul et abandonné,

Parce que tu me l’as dit :

Je suis avec vous tous les jours.

Oui, et surtout en ces jours

De confusion, ô Seigneur,

Dans lesquels, si ma présence n’est pas nécessaire,

Je vais atteindre chacun, uniquement avec les ailes de la prière.

Amen

Suggestion

Chers amis bonjour,

Nous vous signalons la démarche simple que nous avons entreprise en participant chaque jour à 15 h 30 (KTO) à la neuvaine de chapelet du sanctuaire de Lourdesqui nous conduira à la fête de l’Annonciation.

Ce chapelet est prié pour toutes les victimes du coronavirus, les personnels soignants et nos sociétés confrontées à cette pandémie.

Prenez soin de vous,

 

Hugues et Agnès